Le Parchemin Magnifique: Opuscule IV : Les Genoux par Luc Bigé

Le Parchemin Magnifique: Opuscule IV : Les Genoux

Titre de livre: Le Parchemin Magnifique: Opuscule IV : Les Genoux

Éditeur: Réenchanter le Monde

Auteur: Luc Bigé


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Luc Bigé avec Le Parchemin Magnifique: Opuscule IV : Les Genoux

Le genou porte l’identité de la personne et inaugure la première relation intime. La cheville créait du lien mais n’entrait pas encore dans une relation personnelle avec l’autre, avec le monde ou avec dieu. Elle conservait l’impersonnalité d’un objet. Le genou est au contraire un appel à faire du « je » un « nous », à éroder les prérogatives du « moi », fussent-elles détentrices de « vérités », pour s’ouvrir à l’altérité. Le « je noue » propose de rétablir des liens sur la base d’une relation amoureuse exclusive, maturante et métamorphosante. Il est curieux de noter cette particularité orthographique de la langue française : des trois lieux du corps qui s’occupent de la relation, deux s’écrivent avec un « œ » qui signe graphiquement le lien : cœur et œil. Le troisième exprime l’union par ses sonorités : le « je-nous ». Les questions que posent les genoux ? « Quelles sont mes attitudes figées qui m’empêchent de jouir de la vie ? Est-ce que je reconnais pleinement mon désir et mon besoin d’être aimé ? Suis-je capable intérieurement et à chaque instant de me remettre en prière, d’adopter la posture de la génuflexion pour recevoir la bénédiction du Soi ?

Livres connexes

Le genou porte l’identité de la personne et inaugure la première relation intime. La cheville créait du lien mais n’entrait pas encore dans une relation personnelle avec l’autre, avec le monde ou avec dieu. Elle conservait l’impersonnalité d’un objet. Le genou est au contraire un appel à faire du « je » un « nous », à éroder les prérogatives du « moi », fussent-elles détentrices de « vérités », pour s’ouvrir à l’altérité. Le « je noue » propose de rétablir des liens sur la base d’une relation amoureuse exclusive, maturante et métamorphosante. Il est curieux de noter cette particularité orthographique de la langue française : des trois lieux du corps qui s’occupent de la relation, deux s’écrivent avec un « œ » qui signe graphiquement le lien : cœur et œil. Le troisième exprime l’union par ses sonorités : le « je-nous ». Les questions que posent les genoux ? « Quelles sont mes attitudes figées qui m’empêchent de jouir de la vie ? Est-ce que je reconnais pleinement mon désir et mon besoin d’être aimé ? Suis-je capable intérieurement et à chaque instant de me remettre en prière, d’adopter la posture de la génuflexion pour recevoir la bénédiction du Soi ?Le genou porte l’identité de la personne et inaugure la première relation intime. La cheville créait du lien mais n’entrait pas encore dans une relation personnelle avec l’autre, avec le monde ou avec dieu. Elle conservait l’impersonnalité d’un objet. Le genou est au contraire un appel à faire du « je » un « nous », à éroder les prérogatives du « moi », fussent-elles détentrices de « vérités », pour s’ouvrir à l’altérité. Le « je noue » propose de rétablir des liens sur la base d’une relation amoureuse exclusive, maturante et métamorphosante. Il est curieux de noter cette particularité orthographique de la langue française : des trois lieux du corps qui s’occupent de la relation, deux s’écrivent avec un « œ » qui signe graphiquement le lien : cœur et œil. Le troisième exprime l’union par ses sonorités : le « je-nous ». Les questions que posent les genoux ? « Quelles sont mes attitudes figées qui m’empêchent de jouir de la vie ? Est-ce que je reconnais pleinement mon désir et mon besoin d’être aimé ? Suis-je capable intérieurement et à chaque instant de me remettre en prière, d’adopter la posture de la génuflexion pour recevoir la bénédiction du Soi ?